Tatvan-Dogubayazit 4ème Jour

Publié le par stephane

Mardi 20 juillet 2004: Muradiye - Somekaya

Environ 60Km

Le vent est toujours là ce matin mais nous sommes frais et prêts à le combattre. Nous allons gravir le col de Tendürek à 2644m. Ce col n'est pas "terrible" comme on pourrait le croire puisque le lac de Van est déjà à 1650m d'altitude. Nous sentons en allant vers ces montagnes que l'ambiance change. Des enfants essaient pour la première fois de nous arracher du linge accrocher au porte bagage. Nous sommes surpris, vu que le plus grand respect avait toujours été de mise.

Le col monte régulièrement sans forte pente. Peu avant le sommet nous sommes rattrapés par un orage. Nous montons la tente en catastrophe au pied d'un petit village pour nous protéger. Il grèle. Nous distribuons des ballons aux enfants mais ils nous arcèlent pour avoir nos chaussures. Nous sommes obligés de surveiller attentivement nos affaire. Un gosse arrivera quand même à piquer une cuillère dans une petite poche. Je garde un sentiment amer de cet épisode car ces enfants étaient en aillons dans le froid des montagnes. Je pense qu'il s'agit de nomades. Ces gens n'ont rien que leur troupeau. Comment expliquer à un gamin sans chaussure que vous n'en avez qu'une paire et que vous ne pouvez pas lui donner ?

Au col nous découvrons une superbe vue sur le mythique mont Ararat qui culmine à 5137m. Nous camperons entre deux "maisons" au bord de la route au village de Somekaya dans la descente du col. L'ambiance dans ce village est nettement moins détendu. Ces gens sont beaucoup plus pauvre qu'ailleurs. C'est le dénument total. Ils ont la télé et l'électricité mais pas d'eau courante. Les enfants sont ici aussi mal habillés. Il n'y a pas de moyen de se soigner, une fillette a une méchante infection à un oeil. Le voisin vient s'assoir à coté de moi, il n'est pas très vieux mais à l'air faible et malade. Nous avons du mal à communiquer. Ils nous offrirons quand même le thé, de la salade de tomate et du fromage maison. Nous offrons en retour un peu de "superflux", du chocolat. Nous jouons au ballon avec les enfants et leur faisons faire des tours de vélo. Une vieille mamie curieuse viendra inspecter notre tente. Elle ne comprend pas qui nous sommes, même si les gamins lui expliquent que nous sommes des touristes. A mon avis, pour elle, les touristes ils dorment à l'hôtel. Je ne me sents vraiment pas à l'aise, il y a un trop grand écart entre ces gens et nous qui voyageons pour le plaisir. Nous n'oserons d'ailleurs pas "exiber", par respect, notre appareil photo, ce qui est peut-être ridicule.

 


 

Jour PRECEDENT  -  Jour SUIVANT

Publié dans Turquie2004

Commenter cet article